„We are here because you destroyed our countries“

By INTERNATIONAL WOMEN SPACE (french version under): We have been seeing, through the media, a rise of solidarity amongst the Germans towards refugees. There has been article after article reporting about welcome structures in different parts of the country. Different people are creating websites offering temporary accommodation to refugees, others are collecting basic clothes, food supplements and taking to the refugees camped in front of the Berliner Lageso, the state Office of Health and Welfare. The picture shows a situation maybe found in Lebanon, which hosts more than 1 million refugees, or in Greece, a country facing huge economic crisis, courtesy of Germany, and obviously incapable of offering much more than its citizens solidarity.

The reality in Germany is that we are in one of the richest European countries, which has the proper means and structures to welcome refugees if they wanted. The empathy of the citizens is welcome, their efforts too, but if it stops on the charity level we are done as a political movement. The impoverishment of the people who are becoming refugees is not new and the reasons are in history and can be understood by those who want to know why human beings are using desperate measures to come to Europe. Colonialism, slavery and white supremacy thinking provoked the situation. That is why people are coming to Europe, they are escaping from countries destroyed by the politics of western countries.

We, as a political group, see the current situation with suspicion. We are missing the demands of the refugees who have been struggling politically in the streets of this country for more than 20 years. No one is quoting We are here because you destroyed our countries, perhaps the most poignant campaigns initiated years ago by self-organized political groups of refugees and migrants, such as The Voice Refugee Forum and The Caravan for the Rights of Refugees and Migrants. There is also no mentioning in the media of the Refugee Protest March, when in 2012 a group of refugees walked 600 hundred Kilometers from Bavaria to Berlin, set up a camp in Oranienplatz, on the district of Kreuzberg in Berlin, and fought every single day for their rights, demanding: „Close all the Lagers“, „Stop Deportation“, „Abolish Residenzpflicht“, „Freedom of Movement for all“.

There is also hardly any mention about the School in Ohlauer Str. – also in the district of Kreuzberg, where a group of refugees are still fighting for the right to keep a house they have been living since the occupation in 2012. It’s been 1 year since thousands of citizens of Berlin supported the resistance on the roof of the Ohlauer School and now it seems that it never happened as the new approach points to a wave of solidarity coming from individuals willing to help the refugees and fight Lageso, responsible for the accommodation of asylum seekers in Lagers! Yes, Lageso must be criticized, but they must not become the protagonists in this story. Lageso cannot solve the problem because their solution perpetuates another problem: the isolation of the refugees in Lagers, located in small villages in the middle of nowhere, with no access to proper health, education or work oppotunities. All that has been already said countless times by self-organized groups of refugees.

We must understand that Lageso becoming the focus of the problem is a strategy and, as it goes, if we don’t pay attention, soon we will see demonstrations of people asking Lageso for more Lagers.

Lets remember: we demand the closure of the Lagers! Not the other way round. We demand the right of asylum seekers to choose where they live, in regular flats like anyone else who is not seeking asylum in this country. People don’t come to Europe to depend on the charity of individuals or to be in the hands of Lageso and their Lager system. We demand freedom of movement for all! We believe that by engaging politically in the struggle everybody will be also engaging in THE movement of the 21st Century – as Angela Davis wisely pointed out. The Refugee Movement is the movement that is calling for the rights of all human beings.

The International Women Space calls for political mobilization. Support, help and charity won’t change the system, they tend to perpetuate the idea of a humanitarian Europe, which is definitely not the case or human beings wouldn’t be dying in the sea. People are escaping catastrophic situations created by the western countries.

It is about time to shout out and loud again „We are here because you destroyed our countries“.

//////////

« Nous sommes ici parce que vous détruisez nos pays »

French version by: https://www.infolibertaire.net/reflexions-sur-lelan-dempathie-envers-les-refugie-es-et-la-solidarite/

Nous avons vu, dans les médias mainstream, des reportages sur la solidarité croissante des Allemands envers les réfugiés. Articles après articles, les journalistes parlent des structures d’accueil ouvertes dans différentes parties du pays. Des personnes créent des sites internet qui offrent des hébergements temporaire aux réfugiés, d’autres collectent les vêtements et apportent de la nourriture aux réfugiés qui campent en face de Lageso à Berlin (Office d’État pour la santé et les affaires sociales). Les illustrations de ces articles montrent des situations peut-être rencontrées au Liban, qui accueille plus de 1 million de réfugiés, ou en Grèce, un pays qui est confrontée à une grave crise économique, avec l’aimable autorisation de l’Allemagne, et de toute évidence incapable d’offrir quelque chose de plus que la solidarité de ses propres habitants.

La réalité est que l’Allemagne est l’un des plus riches pays européens, qui a les moyens et pourrait s’il le voulait avoir des structures adéquates pour accueillir les réfugiés. L’empathie des habitants est toujours la bienvenue, ainsi que leurs efforts, mais si cela ne dépasse pas le niveau de la charité cela tue tout mouvement politique.

L’appauvrissement des personnes qui deviennent des réfugiés n’est pas nouvelle et les raisons sont à chercher dans l’histoire et ne peuvent être comprises que par ceux qui veulent savoir pourquoi des êtres humains utilisent des moyens désespérés pour venir en Europe. Le colonialisme, l’esclavage et la suprématie de la pensée blanche sont les causes de la situation actuelle. Voilà pourquoi les gens viennent en Europe : ils fuient les pays détruits par les politiques des pays occidentaux.

Nous, en tant que groupe politique, nous regardons la situation actuelle en Allemagne avec suspicion. Nous semblons avoir oublié les revendications des réfugiés qui ont lutté depuis plus de vingt ans dans les rues de ce pays. Plus personne ne cite le slogan « Nous sommes ici parce que vous détruisez nos pays », slogan des plus importantes campagnes de ces dernières années, menées par des groupes politique auto-organisé de migrants et de réfugiés telles que The Voice Refugee Forum et The Caravan for the Rights of Refugees and Migrants. Il n’est également pas fait mention dans les médias de la Refugee Protest March, quand en 2012 un groupe de réfugié a marché 600 km de Munich à Berlin et a occupé jours et nuits l’Oranienplatz, dans le quartier de Kreuzberg, à Berlin, luttant chaque jours pour revendiquer la fermeture de tous les camps (Lager), l’arrêt des expulsions, l’abolition du système de résidence et la libre circulation pour tous.

Aussi on ne trouve presque aucune référence à l’occupation de l’école via Ohlauer – toujours dans le quartier de Kreuzberg – où un groupe de réfugiés se bat toujours pour le droit de rester dans l’établissement où ils ont vécu après son occupation en 2012. Il y a seulement une année ce sont des milliers de berlinoi-ses qui ont soutenu la résistance sur le toit de l’école Ohlauer et il semble maintenant que tout cela n’a jamais eu lieu, et que la nouvelle approche de la vague de solidarité de la part dindividus prêts à aider les réfugiés est de critiquer les manquements de Lageso, responsable du logement des demandeurs d’asile dans les camps (lagers) ! Oui,Lageso doit être critiqué, mais il ne doit pas devenir le protagoniste dans cette histoire. Lageso ne peut pas résoudre le problème, parce que leur solution perpétue un autre problème : l’isolement des réfugiés dans les lagers, situé dans de petits villages au milieu de nulle part, sans accès à des soins de santé, à l’école à des possibilités d’emploi. Tout cela a été dit d’innombrables fois par des groupes de réfugiés auto-organisés.

Nous devons rappeler que faire de Lageso le cœur du problème est une stratégie, etque, si nous ne faisons pas attention, nous verrons bientôt des manifestations pour exiger de Lageso l’ouverture de nouveaux lagers.

N’oublions pas : nous exigeons la fermeture des lagers ! Et non l’inverse. Nous exigeons le droit pour les demandeurs d’asile de choisir où vivre, dans des appartements normaux comme toute autre personne qui ne cherche pas l’asile dans ce pays. Les gens ne viennent pas en ‘Europe de dépendre de la charité desparticuliers ou tomber entre les mains de Lageso et de son système de lagers. Nous exigeons la liberté de circulation pour tous et toutes ! Nous croyons qu’en s’engageant politiquement dans la lutte, tout le monde s’engagera aussi dans le mouvement du 21e siècle – comme Angela Davis judicieusement souligné. Le Mouvement des Réfugié-es est le mouvement qui réclame des droits pour tous les êtres humains.

L’Espace internationale des femmes lance un appel à la mobilisation politique. Soutien, aide et charité ne vont pas changer le système, mais ils ont tendance à perpétuer l’idée d’une Europe humanitaire, qui n’existe certainement pas vu le nombre de personnes qui sont mortes en mer en essayant d’arriver ici. Les gens sont en train de fuir des situations catastrophiques créés par les pays occidentaux.
Il est temps de crier à haute voix à nouveau: «Nous sommes ici parce que vous détruisez nos pays».

Advertisements

3 thoughts on “„We are here because you destroyed our countries“

  1. Pingback: Réflexions sur l’élan d’empathie envers les “réfugié-es” et la solidarité |

  2. Pingback: Justice, not charity – für eine Schärfung des politischen Antirassismus | Freedom Not Frontex: Vienna

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s